Les poussières interstellaires


Les énormes étendues qui séparent les étoiles ne sont pas vides comme les astronomes l’ont longtemps pensé. En fait, le milieu interstellaire contient environ dix pour cent de la masse totale d’une galaxie moyenne, le reste se trouvant dans les étoiles. Ce milieu est essentiellement formé de gaz, mais aussi de poussières et de particules énergétiques, le tout étant immergé dans un champ magnétique. Il est en interaction permanente avec les étoiles qui y naissent, y vivent et y meurent. C’est également en son sein que se produisent les interactions chimiques qui donnent naissance à des molécules très complexes.

Barnard 59

Une image de Barnard 59, un élément de la nébuleuse de la Pipe, prise par le télescope de 2,2 mètres de l’ESO/Société Max Planck à La Silla au Chili. Il s’agit d’une nébuleuse sombre, c’est-à-dire d’un nuage de poussière qui bloque la lumière des étoiles plus lointaines et apparait donc comme une empreinte noire sur un fond étoilé. Elle se trouve à environ 600 années-lumière de nous dans la partie de la constellation Ophiuchus qui enjambe la Voie Lactée. Crédit : ESO

L’extinction interstellaire

La présence de matière dans les espaces interstellaires, déjà suggérée par l’existence de zones noires dans le ciel, fut démontrée par Robert Trumpler dans les années 1930. Cet astronome américain s’intéressait à la distance de certains amas d’étoiles. En faisant l’hypothèse que tous les amas avaient la même luminosité absolue et la même taille, il utilisait deux méthodes pour déterminer leur distance. L’une s’appuyait sur la mesure de leur diamètre angulaire, l’autre sur la détermination de leur luminosité apparente.

Robert Trumpler se rendit compte que les deux méthodes donnaient des résultats similaires pour les amas proches, mais très différents pour les plus éloignés. Dans ce dernier cas, la luminosité apparente était nettement plus faible que ce que l’effet de distance pouvait justifier. La lumière qui nous provenait de ces amas éloignés était donc atténuée lors de son trajet, ce qui ne pouvait s’expliquer que par la présence dans des régions apparemment vides d’un milieu qui absorbait la lumière ou la diffusait.

Nous savons maintenant que ce phénomène, appelé l’extinction interstellaire, est dû à la présence de poussières qui diffusent la lumière. Une partie du rayonnement qui nous provient des amas et de tous les astres éloignés en général est déviée de sa trajectoire et perdue pour nos télescopes. Par conséquent, leur luminosité apparente est plus faible que prévue.

Le rougissement interstellaire

Un deuxième phénomène associé à la présence de matière entre les étoiles est le rougissement interstellaire. Celui-ci est dû au fait que la diffusion et l’extinction dépendent fortement de la longueur d’onde et sont plus marquées dans le bleu que dans le rouge. La forme générale du spectre d’une étoile est donc affectée par la poussière interstellaire. L’intensité dans le bleu diminue beaucoup, alors que l’intensité dans le rouge est peu affectée. Pour un observateur terrestre, les étoiles apparaissent plus rouges qu’elles ne sont réellement.

Notons que le même phénomène est en jeu pour le Soleil. L’atmosphère terrestre diffuse plus la lumière solaire dans le bleu que dans le rouge. Lorsque notre étoile est basse sur l’horizon, sa lumière traverse une couche d’air très épaisse, ce qui explique son aspect rougeâtre. La lumière diffusée est quant à elle surtout bleue, ce qui donne à notre ciel sa couleur caractéristique.

NGC 1999

Cette nébuleuse par réflexion s’appelle NGC 1999. Elle n’émet pas de lumière elle-même, mais reflète la lumière de l’étoile brillante en son sein. La tache noire devant NGC 1999 est un nuage froid de gaz et de poussière qui bloque la lumière de la nébuleuse et apparaît donc sombre. Crédit : NASA/STScI

Les poussières interstellaires

Dans certaines conditions, la poussière interstellaire est directement observable. C’est le cas lorsqu’un nuage de poussière se trouve suffisamment proche d’une étoile et diffuse la lumière de celle-ci. Le nuage émet alors un rayonnement bleuâtre caractéristique et l’on parle d’une nébuleuse par réflexion.

Bien qu’elles soient responsables des effets les plus visibles du milieu interstellaire, les poussières ne représentent qu’environ un pour cent de sa masse. Il s’agit surtout de petits grains solides dont les dimensions sont inférieures à un millionième de mètre. Ces grains sont composés essentiellement de carbone, d’oxygène, de silicium, de fer et généralement entourés d’une fine enveloppe de glaces d’eau et d’ammoniac.

Les poussières ne se forment pas dans le milieu interstellaire car celui-ci est bien trop ténu pour que les rencontres de molécules y soient nombreuses. Elles se forment en fait dans le voisinage des étoiles en fin de vie lorsque d’énormes quantités de matière sont éjectées, soit sous forme de vent stellaire, soit lors de l’explosion d’une supernova.

A bonne distance de l’étoile en train de mourir, la température est suffisamment basse pour que la matière éjectée se retrouve sous forme d’atomes. La densité y est également assez élevée pour que ces atomes puissent s’associer et donner naissance à des molécules complexes, puis à de minuscules grains de poussières. Ceux-ci continuent alors à s’éloigner de l’étoile et finissent par se diluer dans le milieu interstellaire.


Page mise à jour le 30 août 2017 par Olivier Esslinger