Vénus


Après Mercure, nous arrivons à Vénus, à une distance d’environ 0,72 unité astronomique du Soleil (108 millions de kilomètres). Vue depuis la terre, Vénus ne s’éloigne jamais beaucoup du Soleil, avec une séparation angulaire atteignant au maximum 45 degrés.

Vénus est l’un des objets les plus intéressants à observer car, du fait de sa révolution autour du Soleil, la planète présente tout comme la Lune un cycle de phases visible à l’aide de simples jumelles. De plus, lorsque sa révolution l’amène relativement près de la Terre, Vénus est l’objet le plus lumineux de ciel après le Soleil et la Lune.

Transit de Vénus

Le dernier transit de Vénus de ce siècle s’est produit entre le 5 et le 6 juin 2012. Cette image montre le passage de Vénus devant le Soleil tel que l’a enregistré le satellite SDO (Solar Dynamics Observatory). L’observatoire spatial SDO a été lancé en 2010 par la NASA pour étudier le Soleil, mais il a aussi été mis à contribution pour cette occasion très spéciale. Les images ont été prises dans l’ultraviolet lointain, généralement utilisé pour étudier la couronne solaire. Pour les gens patients et optimistes, le prochain transit de Vénus se produira en 2117. Crédit : NASA/SDO/AIA

La surface cachée de Vénus

Vénus est très semblable à la Terre du point de vue de la taille (12 100 kilomètres de diamètre), de la masse et de la composition chimique. La différence la plus apparente concerne son aspect extérieur. En effet, contrairement à notre planète, Vénus présente une atmosphère complètement opaque qui nous empêche d’observer sa surface.

Cette barrière fut un obstacle majeur dans l’étude de la planète. Ainsi, la période de rotation resta inconnue jusqu’au début des années 1960, lorsque les astronomes se servirent d’un radar pour la mesurer. Ils découvrirent alors que Vénus se distingue des autres planètes par une rotation en sens inverse de la normale et par une période très longue, d’environ 243 jours terrestres.

Vénus commença véritablement à être étudiée avec l’avènement de l’ère spatiale. Elle fut la première planète du système solaire à être survolée par une sonde, en l’occurrence Mariner 2 en 1962. Toute une armada de sondes suivit, d’abord d’autres missions américaines Mariner, qui survolèrent la planète, puis plusieurs sondes soviétiques Venera et l’américaine Pioneer Venus Multiprobe qui plongèrent dans l’atmosphère et se posèrent à la surface.

Finalement arrivèrent Pioneer Venus Orbiter, d’autres sondes Venera, ainsi que la mission américaine Magellan, qui se mirent en orbite autour de la planète et purent cartographier sa surface à l’aide de radars.

La surface de Vénus

La topographie de Vénus nous a été dévoilée principalement par les sondes qui se sont placées en orbite autour de la planète et l’ont explorée à l’aide de radars. Ce fut d’abord Pioneer Venus Orbiter, puis plusieurs sondes Venera, et enfin la mission Magellan qui à méticuleusement cartographié 98 pour cent de la surface de la planète en plusieurs années, avec une résolution de l’ordre de 100 mètres.

Les sondes ont révélé que la surface de Vénus est globalement dominée par d’immenses plaines. Cette monotonie est cependant brisée par deux énormes régions de hauts plateaux de la taille d’un continent, baptisées Aphrodite Terra et Ishtar Terra.

Vénus

Le sol de Vénus photographié par la sonde soviétique Venera 13 en 1982. Crédit : NASA/GSFC

Les paysages vénusiens sont quant à eux dominés par des formations volcaniques. De nombreux volcans sont visibles, avec en particulier Maxwell Montes qui culmine à 11 kilomètres d’altitude.

On trouve également d’étranges dômes en forme de crêpe, probablement dus à une lave très visqueuse, ainsi que de nombreuses traces d’anciennes coulées de lave.

Tout semble en fait montrer que la planète Vénus a été très active du point de vue volcanique jusqu’à une époque très récente, peut-être à peine 10 millions d’années avant notre ère. Les sondes n’ont cependant révélé aucune activité à l’heure actuelle et n’ont pas non plus détecté de trace d’une tectonique des plaques comme sur Terre.

En plus des formations volcaniques, l’autre caractéristique importante est la présence de très nombreux cratères, tous de diamètre supérieur à plusieurs kilomètres, preuve que l’atmosphère très dense à réduit en miettes toutes les météorites de faible taille.

Enfin, l’aspect de la surface a été révélé par quelques photographies prises par les sondes Venera qui se sont posées en douceur sur le sol. Ces images montrent des paysages désertiques et rocheux, apparaissant orange à cause de l’atmosphère de Vénus.


Page mise à jour le 1 juillet 2015 par Olivier Esslinger